Temps de crise du covid-19 : que dire de l’économie togolaise ?

conseil en affaires
Les bons conseils affaires professionnelles et personnelles à Monaco
mai 20, 2020

Temps de crise du covid-19 : que dire de l’économie togolaise ?

Businessman holding the world in the palm of hands concept for global business, communications, politics or environmental conservation

Comme toutes les économies, l’économie togolaise a connu une baisse considérable depuis le début de l’année à cause du corona virus. Alors que les menaces étaient plus sérieuses qu’en Chine, la pandémie a annulé la plupart des grands rendez-vous économiques dans le monde. Le Togo fait partie des pays touchés et subit les effets du covid-19 sur bon nombre de plans. Des mesures sont donc prises tant au niveau du gouvernement que de la société civile et des acteurs économiques pour trouver une solution idoine.

Des allégements fiscaux dans le secteur privé

Les restrictions sociales ne sont pas du tout avantageuses pour les entreprises locales et internationales, parce qu’elle ne contribuent pas à la bonne santé de l’économie togolaise. Ainsi donc, par le biais de madame Johnson Sandra, le gouvernement a mis en place des mesures fiscales pour alléger la tâche des entreprises locales. Par exemple, dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration, les entreprises locales bénéficieront d’un taux d’imposition réduit de 10 %. Tous les processus de contrôles fiscaux en cours ont été suspendus afin de permettre aux entreprises de survivre. Ceci n’est pas le cas tout de même pour les entreprises internationales. Concernant le recouvrement des PME et PMI, des abaissements ont été initiés par l’OTR. Par exemple, pour les entreprises qui ont subi des contrôles fiscaux, il y a des mesures qui ont été prises pour réduire ou enlever leurs pénalités.

L’agriculture reçoit un coup de pousse

Dans cette même lancée, le secteur agricole bénéficie de plusieurs subventions et accompagnements. Il s’agit par exemple des cultures de rente et de certaines filières comme le karité. Le Togo dispose de plusieurs terres qui ne sont pas encore exploitées. Sur toute l’étendue du territoire, chacune des régions a des spécialités. Dans la région maritime par exemple, le maïs et le maraîchage sont très prisés et adaptés au type de sol. Par contre dans la région de Kara qui est au Nord, la terre est adaptée à la culture de l’igname. Dans l’optique de donner de l’élan à la production agricole locale, de nombreux programmes sont mis en place. On pourra citer entre autres, le Programme National d’Investissement à Moyen Terme (PNIMT), Projet d’appui au mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage de risques (ProMIFA), le Fonds international de développement agricole (FIDA). Dans cette période de crise, le Plan de Riposte Agricole Covid-19 mis en place par le gouvernement a pour but d’améliorer la sécurité alimentaire et optimiser les revenus des agriculteurs entre autres.

Une solution locale est-elle indispensable ?

Le Togo est un pays importateur de denrées de première nécessité et des équipements de tout genre. Presque tous les aliments de base sont importés de la sous-région et des pays de l’autre côté de la mer. Dans cette période où les frontières sont fermées et les exportations avortées, une seule solution semble s’imposer. Un accompagnement des productions locales afin de permettre à la population de survivre. Ainsi donc, le Plan de Riposte Agricole Covid-19 mis en place par le président de la République pourra réjouir plus d’un au Togo.